vendredi 15 mars 2019

Conférence du 8 avril 2019 - Le Seder à Saint-Léger

Enseigner le Seder

soirée de la Pâque juive

A quelques jours de la fête de Pessah (cette année du 19 au soir jusqu'au 27 avril), le rabbin Daniel Farhi nous propose de vivre ensemble la soirée la plus importante de l'année juive, celle qui, depuis des millénaires, réunit autour de la table familiale les descendants de ces enfants d'Israël, dont le séjour en Egypte et la sortie providentielle de ce pays sont contés dans le livre le plus cher à leur mémoire, la Haggada.

C'est cette même soirée que le Juif Jésus célébrait lorsqu'il fut trahi et arrêté par les Romains.

En présence du plateau du séder (nom donné à la soirée de Pessah) qui contiendra les aliments symboliques, un condensé du récit de la Haggada nous sera proposé ainsi que les explications et les réponses aux questions de l'assemblée.
 

 

En souvenir du chant final 
 
Un cabri, un cabri ? 'HAD GADIA , ou bien, selon la version d’ANGELO BRANDUARDI en 1976, ci-après, « À la foire de l'est » : une taupe, une taupe !
 
Le 'HAD GADJA, la chanson du cabri, n'a été intégrée dans l'édition imprimée de la Haggada de Prague qu'en 1590 et ne figure pas dans l'édition antérieure de 1526. Traditionnellement, le chevreau représente le peuple juif que Dieu (le père) a acquis par l'intermédiaire de Moïse et d'Aron (les deux pièces d'argent). Les persécuteurs successifs sont l'Assyrie (le chat), Babylone (le chien), la Perse (le bâton), la Macédoine (le feu), Rome (l'eau), les Sarrasins (le bœuf), et les Croisés (le sacrificateur). Les Turcs, qui occupent la Terre Sainte, sont représentés par l'ange de la mort…
… Bien que le thème de 'Had Gadja soit repris dans nombre de légendes du folklore occidental et oriental, de la Kabylie jusqu'au Siam et en Inde, il semble qu'il ait pour origine un chant populaire allemand, "Der Bauer schickt den Jäckel naus" : le maître envoie son valet couper de l'avoine, mais celui-ci préfère rester à la maison ; le maître envoie alors le chien pour qu'il morde le valet, le bâton pour qu'il batte le chien, le feu pour qu'il brûle le bâton, l'eau pour qu'elle éteigne le feu, le bœuf pour qu'il boive l'eau, le boucher pour qu'il tue le bœuf, ... Interviendront encore un oiseau de proie, une sorcière, un bourreau et un médecin...
Il ne fait pas de doute que la lecture qui fait correspondre à chaque avatar du chant du cabri un épisode de l'histoire du peuple juif se voit contrainte de solliciter le texte quelque peu abusivement. Mais ce qui importe, c'est que les juifs aient identifié les tribulations de l'exil et de l'errance, et leur fondamentale précarité, à cette légende, et qu'ils se sont reconnus dans le chevreau injustement persécuté. Tout comme est importante leur certitude que Dieu "jugera entre les nations" et que "les peuples martèleront leurs épées pour en tirer des hoyaux" (Isaïe 2:4). Dieu enverra son prophète vers les nations qui "pillent" Israël pour leur dire: "Celui qui touche à Israël touche à la pupille de mon oeil " (Zacharie 2:12). En fait, ce chant s'inscrit dans la logique de la lecture interprétative et de la tradition exégétique juives.
  
Le chanteur ANGELO BRANDUARDI a repris l’idée en 1976
 
♪ À la foire de l'est ♪
A la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
A la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain la chatte mange la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
Soudain la chatte mange la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain la chienne
Mord la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain la trique
Frappe la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain la flamme
Brûle la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain l'averse
Ruine la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Soudain la bête
Vient boire l'averse
Qui ruinait la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
Et l'égorgeur frappe
Et tue la bête
Qui buvait l'averse
Qui ruinait la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
C'est l'ange de la mort
Qui saigne l'égorgeur
Qui tuait la bête
Qui buvait l'averse
Qui ruinait la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
C'est enfin le Seigneur
Qui emporte l'ange
Qui saignait l'égorgeur
Qui tuait la bête
Qui buvait l'averse
Qui ruinait la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
C'est enfin le Seigneur
Qui emporte l'ange
Qui saignait l'égorgeur
Qui tuait la bête
Qui buvait l'averse
Qui ruinait la flamme
Qui brûlait la trique
Qui frappait la chienne
Qui mordait la chatte
Qui mangeait la taupe
Qu'à la foire mon père m'avait achetée
À la foire de l'est pour deux pommes
Une petite taupe mon père m'avait achetée
 
 
Pour conserver un souvenir de cette soirée
 Découvrez
La Haggada aux quatre visages
traduite et commentée par
Rivon Krygier
avec les peintures originales de
Gérard Garouste
 
 
 
35 €
 

peuvent être commandés en écrivant
36 rue Louviers
78100 Saint-Germain-En-Laye

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire